Accueil du site > Interview de Béatrice Cuif-Mathieu

Interview de Béatrice Cuif-Mathieu

aCTuaLiTéS
29 juin 2020

Directrice générale de Destination Nancy

M&T : la Lorraine a été l’une des régions les plus touchées par le Covid-19. Comment l’agglomération nancéienne a-t-elle affronté cette crise ?

Pendant la crise, nous sommes restés mobilisés. Nous avons travaillé de manière rapprochée avec nos partenaires du Convention Bureau, nous avons accompagné nos clients pour décaler au mieux leurs évènements et les rassurer, nous avons accueilli un TGV sanitaire dont les équipes ont investi le Centre de congrès Prouvé pour se ressourcer et nous avons été un lieu de distribution de masques pour les habitants, montrant ainsi la capacité des équipements évènementiels à s’adapter et à être force de proposition en période de crise.

Tout cela était possible car les pouvoirs publics (Métropole du Grand Nancy, Ville de Nancy, CCI, Région) se sont coordonnés pour nous accompagner au mieux avec notamment la distribution de masques et gel hydro alcoolique, la mise en place d’aides économiques et une mobilisation pour sauver notre image. En effet, dès le départ, nous avons été associés au Grand Est et à la situation à Mulhouse alors que nous étions moins impactés, c’est pourquoi aujourd’hui nous devons nous défaire de cette perception et convaincre les organisateurs d’évènements que nous n’avons rien perdu de notre attractivité, de notre qualité d’accueil et ce avec toutes les précautions sanitaires qui s’imposent.

Par ailleurs, cette crise a été l’occasion de montrer une fois encore aux élus du territoire le poids de la filière évènementielle, ce fût une période de prise de conscience importante.

M&T : de quelle manière la région est-elle intervenue pour soutenir le secteur évènementiel, particulièrement exposé ?

Au niveau de la région, une task force Mice a été mise en place pour travailler sur des propositions de relance dès la rentrée. Et la région vient de lancer une campagne de communication de grande envergure « Le soleil se lève plus tôt chez nous - Ouvrez les yeux en Grand… Est ». De la même façon, nous travaillons avec nos actionnaires et nos partenaires. Nous avons maintenu, avec l’accord des hôteliers, la taxe de séjour afin de lancer une campagne de communication touristique, la Métropole va voter lors du prochain conseil métropolitain le dégrèvement de deux tiers de la Cotisation foncière des entreprises (dispositif validé au niveau de l’État).

M&T : malgré le déconfinement général, les sites de réunion, d’exposition et de spectacle sont encore à l’arrêt. A combien estimez-vous les pertes déjà enregistrées par ces structures ? Et plus globalement le manque à gagner pour l’agglomération ?

Nous avons eu un confinement actif pour être 100% prêts pour le redémarrage en septembre que nous espérons tonique et en sécurité. Au Centre de congrès Prouvé, nous pouvons observer à date que depuis le 6 mars 2020, 34 dossiers ont été annulés sans possibilité de report. Nous avons perdu 50% de chiffre d’affaires pour 2020 ! A ce jour, pour la seule activité générée par Prouvé, on estime que ce sont 10 M€ de retombées économiques totales perdues avec un impact économique social total de 140 emplois équivalent temps plein sur une base annuelle. Cela comprend les emplois directs de Destination Nancy, les emplois indirects (emplois qui résultent des dépenses des congressistes) et l’impact social induit. Ce sont 11 000 nuitées perdues et plus de 600 000 € de chiffre d’affaires perdu pour les traiteurs. Si l’activité ne repart pas début septembre, ces chiffres s’aggraveront. Le parc des expositions a lui perdu 11 dossiers depuis le 6 mars pour l’année 2020, soit 40% du chiffre d’affaires, les autres dossiers ont pu être reportés, dont 1 en 2021.

Nous organisons aussi des évènements. Nous avons pu maintenir juste avant le confinement le Salon Habitat Déco, Métiers d’Art et Antiquaires, mais nous avons reporté au mois d’octobre le salon du Brasseur initialement prévu du 27 au 29 mars, sur la période du 2 au 4 octobre 2020. Enfin nous avons dû reporter l’édition 2020 de la Foire expo à 2021, ce qui a privé le territoire de 8,7M€ de retombées économiques et 106 emplois équivalent temps plein.

M&T : logiquement, les congrès et salons vont pouvoir reprendre du service le 1er septembre. Comment envisagez-vous cette reprise ?

Tout d’abord, je tiens à remercier UNIMEV, ses présidents et l’équipe permanente pour le travail réalisé pendant cette période et qui nous donne de la visibilité pour la reprise. Le 1er septembre est très attendu, nous espérons voir rapidement des évènements se positionner. Mais nous savons que pour les congrès cela prendra du temps. Cette reprise d’activité nous l’espérons pour nous, mais aussi pour l’ensemble de la chaîne de l’évènement, pour nos partenaires, dont nous avons besoin. Les évènements, via les retombées économiques qu’ils génèrent vont contribuer à la relance de l’activité économique du territoire.

L’équipe commerciale a réussi à convaincre 54 dossiers de se reporter à une date ultérieure. En septembre, le premier évènement est prévu le 8 septembre avec 300 participants annoncés, puis nous accueillerons essentiellement des réunions d’entreprises (4 entre 40 et 400 personnes) et le salon City Healthcare 2020 du 29 sept au 1er octobre. A date (inscrit au planning sous réserve de maintien) : 19 évènements en octobre, 23 en novembre et 13 en décembre. L’année 2021 était déjà bien engagée notamment sur les congrès nationaux et internationaux. La conjoncture peut modifier la tenue des évènements internationaux. Mais nous constatons un report massif des évènements de 2020 sur 2021.

M&T : les mesures sanitaires que vous allez adopter vont-elles suffire pour convaincre les groupes de revenir à Nancy ?

La filière a travaillé à un protocole sanitaire. Nous travaillons à l’adaptation pour nos sites. Le Centre de congrès est spacieux avec de grands plateaux et de grands espaces ouverts, ce qui permet la distanciation en imaginant des configurations nouvelles pour les évènements. Et puis, il est important de noter que la force du modèle de Destination Nancy réside en la complémentarité entre le Centre Prouvé et le Parc des expositions, ainsi qu’en l’agilité des équipes. Cela permet de proposer aux clients de Prouvé, le site du parc expo s’il faut des espaces plus vastes en raison des règles de distanciation sociale et gestes barrières. Enfin, notre certification ISO20121 est un axe fort de garantie pour nos clients.

M&T : envisagez-vous des actions commerciales et des campagnes de promotion pour accompagner la reprise ?

Nous serons au salon Heavent Meetings à Cannes les 1er et 2 septembre, ce sera notre première action de promotion du 2nd semestre, et elle sera suivie de plusieurs workshops. De plus, elle accompagnera la campagne de communication que nous venons de lancer et que nous avons voulu humaine et chaleureuse à l’image de notre destination, avec une mise en avant de notre équipe commerciale, plus motivée que jamais pour accueillir de beaux évènements.

M&T : beaucoup de palais des congrès suggèrent des évènements hybrides. Vous inscrivez-vous dans cette démarche ?

French Event Booster travaille sur ces sujets avec un échange la semaine dernière sur la transformation du site évènementiel en studio de contenu digital. Nous évoquons de manière régulière l’hybridation des évènements et nous le ferons d’ailleurs lors du webinarque que j’organise avec UNIMEV et nos partenaires « Quels avenirs pour les lieux événementiels ? »

Les éléments qui ressortiront de ces échanges nourriront nos réflexions tant au niveau national que à notre échelle à Destination Nancy. Nous sommes conscients que les sites ont de nouvelles cartes à jouer si l’évènement ne peut pas se tenir en physique, mais aussi lorsque l’évènement a lieu et qu’il faut faire évoluer l’expérience des participants.

M&T : rien ne remplacera jamais la rencontre physique. A-t-on des chances de revivre des congrès et salons comme « jadis » ou faut-il définitivement se résoudre à l’idée de se réunir à distance ?

Il faut sans cesse se réinventer, ce n’est pas la première crise (attentats), et nous avons su, en tant que professionnels trouver des solutions, nous adapter. On peut s’interroger sur les évolutions telles que les enjeux environnementaux et écologiques (limitation des déplacements) et aussi sur les évolutions de rythme et de format des évènements, et qui très souvent sont des évolutions positives. Mais tout ne peut pas se digitaliser.

L’outil digital peut dans un premier temps permettre de multiplier le nombre d’évènements. Mais il faudra rassembler les communautés à un moment donné, notamment pour faire vivre une expérience plus globale, créer des émotions et cela passe aussi par l’expérience du territoire.

La multiplication des échanges digitaux va impulser la rencontre physique, car les personnes auront encore plus le besoin de se réunir, de se retrouver pour partager des moments conviviaux. On le voit dans le comportement de la population après plusieurs semaines de confinement.

M&T : la Vice-Présidente de l’UNIMEV que vous êtes est-elle optimiste pour l’avenir de l’événementiel dans l’Hexagone ?

Oui je suis confiante. D’autant que cette crise a permis de mettre en avant la force des 7 associations de notre profession et, en tant que Vice-Présidente d’Unimev et de France Congrès & Evènements, j’en suis extrêmement fière.

Pour plus d’informations : www.destination-nancy.com

 

Informations légales I MeeT and TRaVeL MaG - 32 rue du Faubourg Poissonnière 75010 Paris I Réalisation 100% WEB