Accueil du site > Interview de Corinne Menegaux

Interview de Corinne Menegaux

aCTuaLiTéS
5 mai 2020

Directrice générale de l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris

M&T : Paris a battu en 2019 des records de fréquentation touristiques et 2020 s’annonçait comme une année exceptionnelle. Le Covid-19 a depuis la mi-mars stoppé toute activité touristique dans la capitale. Du jamais vu depuis la Seconde de Guerre mondiale ?

En effet, ce que nous vivons aujourd’hui est sans précédent et vient bouleverser les prévisions pour l’année 2020. Nous devons faire face à la plus forte limitation de voyages internationaux jamais observée dans l’histoire et Paris, à l’instar des grandes capitales touristiques, est fortement impactée. Nous nous projetons sur une reprise très progressive à partir du dernier trimestre. Initiée d’abord par le tourisme national, puis les clientèles européennes.

Paris a toujours démontré qu’elle était une destination extrêmement résiliente autant pour le tourisme d’affaires que pour celui de loisirs (Sras 2002-2004, crise de 2008, attentats de 2015, mouvements de grèves...). La capitale s’est toujours sortie des crises. Elle a su s’adapter et se réinventer. Et par-dessus tout, elle a pu compter sur le soutien et l’engagement de tous les professionnels du tourisme. Nous sommes mobilisés à leurs côtés pour construire le tourisme de demain et c’est ensemble que nous surmonterons cette crise.

M&T : hôtels, restaurants, bars, salles de spectacles, etc. sont fermés et ne sont pas concernés par le déconfinement prévu le 11 mai. Quel est l’impact pour le secteur ?

Dans la liste que vous évoquez, un certain nombre d’hôtels sont restés ouverts et ont pu entre autres accueillir nos soignants ou héberger des visiteurs au début du confinement. Les acteurs de l’hôtellerie ont été des acteurs essentiels dans cette période. Pour les autres établissements touristiques qui ne pourront pas ouvrir dès le mois de mai, effectivement l’impact est énorme. La restauration, la culture, les loisirs, l’événementiel sont autant de secteurs extrêmement dépendants de la fréquentation touristique. Les chiffres annoncés sont de 40 milliards d’euros de perte pour le tourisme en France. Pour rappel, à l’échelle de la destination (Paris et Ile de France) le tourisme génère près de 22 milliards d’euros par an (NB).

Afin de mieux piloter la reprise progressive pour le secteur, nous travaillons sur la collecte des données avec nos partenaires privilégiés : état de l’offre, état des marchés internationaux, tourisme d’affaires… En parallèle, nous étudions les modalités de mise en place des mesures sanitaires pour accompagner au mieux les professionnels.

M&T : si la réouverture des établissements n’intervient qu’en juin, peut-on craindre que la saison estivale soit compromise ? Une saison qui se fera sans les touristes étrangers peut-elle être à la hauteur des attentes ?

La saison estivale sera forcément très impactée par cette situation. Nous ne prévoyons pas de reprise sur cet été et nous efforçons de privilégier des offres destinées aux Parisiens et aux Franciliens qui prendront plaisir à découvrir ou redécouvrir Paris. Mais aussi à une clientèle régionale en fonction des déplacements autorisés.

M&T : outre le segment loisir, le secteur événementiel est à l’arrêt depuis la mi-février. Avez-vous d’ores une idée des pertes ? La facture finale risque d’être particulièrement salée ?

D’après l’Unimev, plus de 4.500 événements ont été annulés et plus de 3.000 reportés depuis le début de la crise sanitaire. Le secteur événementiel est l’un des plus impactés à date et le sera probablement encore dans les prochains mois. Saluons l’effort des acteurs qui se mobilisent pour soutenir les événements et refaire de Paris dès 2021 une terre d’accueil des plus grandes manifestations.

M&T : de quelle manière accompagnez-vous les acteurs du Mice dans cette période difficile ?

Nous sommes en lien permanent avec tous nos adhérents, et nous organisons régulièrement des visio-conférences afin de faire un point sur la situation, rappeler les différents dispositifs d’aide d’urgence aux entreprises et faciliter leurs démarches. C’est l’opportunité de répondre à l’ensemble des questions des professionnels, et de rassembler les différentes demandes afin de pouvoir les remonter aux autorités. A partir du mois de mai, nous organiserons des webinars thématiques afin d’être encore plus proche de leurs préoccupations pour la reprise. Toutes nos équipes sont mobilisées et nous maintenons également une relation de proximité avec l’ensemble des clients internationaux.

M&T : comment anticipez-vous la reprise ? Avez-vous prévu des campagnes de communication pour relancer la destination ? On imagine que le marché français va être prioritaire, au moins à moyen terme ?

Nous travaillons sur plusieurs scénarios de reprise et sommes en veille permanente (données de cadrage sanitaires et économiques des marché, suivi des indicateurs de reprise au quotidien). Nous prévoyons des actions pour relancer la destination au niveau local (Paris et région). A la rentrée, nous lancerons une campagne de réassurance sur les marchés français et européen. Nous communiquerons sur les marchés lointains lorsque nous aurons davantage de visibilité et que les conditions sanitaires et la situation économique permettront de se déplacer depuis et vers ces marchés. D’une manière générale, nous privilégierons une relance par l’activité.

M&T : avez-vous déjà prévu des actions spécifiques pour le Mice ?

Oui bien sûr. La collecte de data sur ce marché nous permettra d’ajuster des actions dès la rentrée en lien avec les professionnels. Un plan d’actions digital est à l’étude afin de pallier à la limitation de déplacements. Ce sera l’opportunité de garder le lien avec les marchés et de favoriser la relation entre les clients et l’écosystème touristique.

M&T : cette crise va-t-elle conduire Paris à revoir ses ambitions et son modèle touristique ? La course aux records est-elle dépassée ?

La promotion d’un Paris autrement, hors des sentiers battus, a été initiée bien avant cette crise sanitaire. L’Office du Tourisme et des Congrès de Paris et la Ville de Paris travaillent depuis longtemps sur un tourisme plus contributif et durable. Nous sommes aujourd’hui dans cette même dynamique qui consiste à dire aux touristes, qu’ils soient franciliens, Français ou étrangers, de faire un pas de côté et que Paris peut se visiter de mille et une façons. Il va être intéressant de suivre l’évolution du comportement des futurs touristes après cette crise. Leurs attentes auront-elle changé ? A nous de savoir mettre en valeur la diversité des offres de Paris et de nous adapter. Paris se réinvente sans cesse. Et je n’ai aucun doute sur la capacité de notre ville à répondre aux enjeux de demain.

NB : plus globalement les réunions d’entreprises génèrent 9,2 milliards de retombées ; les salons 4,9 milliards ; et les congrès 1,47 milliard.

Pour plus d’informations : www.convention.parisinfo.com

 

Informations légales I MeeT and TRaVeL MaG - 32 rue du Faubourg Poissonnière 75010 Paris I Réalisation 100% WEB