Accueil du site > Interview du Club Mice Rep’s

Interview du Club Mice Rep’s

aCTuaLiTéS
25 juin 2021

Après 15 mois d’arrêt, le secteur Mice enegistre de vrais signes de reprise. C’est notamment le cas du côté des agencies receptives qui notent une montée en puissance des demandes, surtout pour la zone Europe. L’occasion de faire le point avec le Club Mice Rep’s qui regroupe 7 bureaux de représentation en France – Carré Destinations, Echapevoo, Mice Connections, Safran RP, SB Mice Consulting, The Mice Experts et Viip.

M&T / Diriez-vous que la reprise est là et que les demandes montent en puissance ? Nous sommes très très heureux de constater depuis plusieurs semaines une montée en puissance des demandes, surtout sur l’Europe, dans un premier temps pour l’automne 2021, mais aussi des demandes sur 2022 pour le reste du monde.

M&T / Qu’en est-il des destinations que vous représentez ? Sont-elles prêtes à accueillir les groupes ?

Tout le monde est prêt à accueillir les clients et à retravailler avec les agences ! Nos réceptifs sont des structures bien implantées depuis longtemps, solides financièrement, qui avaient la capacité de survivre pendant ces longs mois. Nombre d’entre eux sont implantés dans des pays où les aides ont été minimes, voir totalement absentes, élément qu’on a du mal à imaginer en France ! Ils ont pu maintenir à minima le staff le plus expérimenté afin de pouvoir redémarrer immédiatement et reprendre leurs collaborateurs au fur et à mesure que la reprise sera effective. Sur l’Europe, cela se fera plus rapidement. Pour des destinations plus lointaines, même si les DMC sont prêts, les frontières sont encore fermées et nous restons donc tous dépendants des conditions dictées par les autorités locales (sans oublier les modalités d’entrée et de sortie de France). Mais nos réceptifs ont déjà anticipé de s’adapter aux conditions sanitaires pour l’accueil, pour les jauges dans les transports, pour faire vacciner le personnel qui sera en contact avec les clients et de suivre de très près l’opérationnel et la solidité de leurs prestataires locaux. Nous avons pu noter une réelle prise de conscience de leur part quand aux enjeux sanitaires qu’il faudra gérer, puisque la priorité restera la sécurité des clients.

M&T / Quelles sont celles que vous suggérez aux agences ?

Nous suivons au jour le jour les dernières informations sanitaires qui sont données par la France et nos pays de destination. Les agences sont très demandeuses d’une mise à jour régulière afin d’orienter les clients dans leurs demandes. Comme d’habitude, nous jouons notre rôle de conseil en apportant un maximum d’informations fiabilisées aussi localement par nos réceptifs.

M&T / En quoi les demandes des annonceurs sont-elles différentes aujourd’hui ? Que privilégient-ils ?

D’un avis unanime, nous n’avons pas noté de demandes différentes à celles d’avant crise de la Covid. La situation n’a pas changé en termes de délais de réponse - toujours trop courts ! -, de briefs très pointus n’ayant pas le budget ad-hoc, ni de compétition (trop d’agences et trop de destinations interrogées pour un même projet). Le chômage partiel est encore en cours dans de nombreuses agences, et elles ont pourtant du mal à comprendre la difficulté qu’ont nos DMC pour obtenir localement les réponses des prestataires locaux (restaurants, hôtels, lieux d’évènements), tout autant frappés par cette crise ; les délais de réponse sont de ce fait allongés, tout redémarre lentement. Nous sommes attristés que ces éléments ne soient pas assez pris en compte et compris dans les demandes. Le point supplémentaire qui ressort dans les demandes concerne essentiellement des précisions sur les conditions sanitaires à destination, et aussi les conditions de paiements et de remboursement en cas d’annulation.

M&T / Que restent-ils des opérations incentives qui auraient dû avoir lieu en 2020 et au printemps 2021 ? Combien ont été sauvées ?

On peut estimer que 80% ont été reportées et 20% annulées. Cependant, dans les 80% reportées, certaines sont au stade de 2, voire 3 reports plus ou moins faciles en raison des problèmes de disponibilités notamment sur l’automne dans la zone Europe, et d’autres sont déjà planifiées pour des reports en 2022. Donc, même si sur l’Europe les demandes se bousculent, elles sont encore loin d’être validées, surtout au moment de demander des engagements financiers !

M&T / Si le digital a permis à des lieux évènementiels – centres de congrès, parcs d’exposition – de maintenir une certaine activité durant la crise, difficile de réaliser des voyages à distance. A combien chiffrez-vous les pertes depuis 18 mois ?

Il est assez simple de comprendre que pour la plupart de nos DMC ils ont perdu 100% de leur chiffre d’affaire moyen depuis mars 2020 !

M&T / Vos relations avec les agences ont-elles souffert de cette crise ?

Non, car nous sommes tous restés en contact avec les agences, parfois de façon informelle, mais aussi via des actions adaptées (rendez-vous en ligne, webinars). Nous avons noté un rapprochement entre les acteurs de la filière et une forme de solidarité ; nous avons fait le maximum pour maintenir ce lien car nous avions tous besoin de garder le contact et d’échanger à propos de cette crise subie par tous sans distinction.

M&T / Pour accompagner la reprise, envisagez-vous des actions communes du Mice Rep’s Club ?

Depuis un an, nous avons beaucoup échangé au sein du Club, quasiment chaque mois, sur la situation exceptionnelle bien sûr, mais aussi sur le marché, les enjeux de notre métier. Nous avons travaillé en atelier sur les bonnes pratiques à mettre en place entre agences et DMC, dont une qui nous tient particulièrement à cœur, sur les appels d’offres payants, comme cela se fait pour de nombreux autres secteurs d’activité. Nous avons créé un site web commun (www.leclubdesreps.com) et développé notre présence sur les réseaux sociaux pour continuer à présenter et expliquer notre métier, et bien entendu, nous allons continuer dans ce sens. Nous avons effectivement des projets d’actions communes sur l’automne qui restent encore à valider.

M&T / Cette crise inédite achevée, le voyage Mice a-t-il encore un avenir ? Faut-il revoir de fond en comble son modèle ?

Mais bien sûr que nous croyons toujours au MICE ! Il suffit d’ailleurs de voir à quel point les briefs sont apparus dès que la situation a commencé à s’améliorer. La crise n’a fait que confirmer que l’on a plus que jamais besoin de présentiel, de rencontrer les autres, d’échanger les yeux dans les yeux, de s’émerveiller, de découvrir le monde en 3 D et pas devant un écran, et en cela, le voyage MICE répond à tous ces critères. Plus que jamais notre rôle est d’accompagner les agences dans cette reprise en leur apportant rapidement des informations actualisées et fiables. Nous sommes optimistes, même si nous savons que la reprise doit être douce, réfléchie et… bienveillante !!

 

Informations légales I MeeT and TRaVeL MaG - 32 rue du Faubourg Poissonnière 75010 Paris I Réalisation 100% WEB