Accueil du site > Interview du Mice Rep’s club

Interview du Mice Rep’s club

Français
2 avril 2020

La parole aux membres du club des représentants de DMC en France.

M&T : les 7 bureaux adhérents du Mice Rep’s club* représentent collectivement 143 destinations et 97 DMC. Fort de ce maillage international, que pouvez-vous dire de la situation actuelle du marché ?

MRC : A ce stade, le marché est totalement à l’arrêt, attentisme total ! Toutes les destinations sont impactées et personne n’a de visibilité quant à la reprise réelle de l’activité. DMC, bureaux de représentations et agences sont solidaires pour obtenir des reports plutôt que des annulations. Et, donc, points positifs, car :
- 95% des opérations ont été reportées, plutôt sur 2021 car le dernier trimestre 20 est déjà bien chargé sur beaucoup de pays et les dispos deviennent rares,
- nous recevons encore des demandes, moyen et long-courriers, pour le dernier trimestre 2020, 2021 ou même 2022, mais aucune décision ne se prendra avant que les annonceurs n’aient retrouvé une visibilité de sortie de crise…
- des projets de moyen-courriers prévus pour juin 20 sont aussi en attente de l’évolution de la situation … 

M&T : vous appelez à la solidarité. Comment réagissent les agences ?

MRC : Les réactions de nos partenaires DMC ont été très largement positives, ils sont sensibles à ce soutien et cette solidarité interprofessionnelle. Les agences sont majoritairement en accord avec notre démarche et certaines ont également pu relayer notre message sur les réseaux.

Un message qui peut aussi sensibiliser les annonceurs et qui permettra de préparer tous ensemble la reprise. Cependant, depuis le début de la pandémie, pour des reports ou annulations de dossiers, nous constatons une négociation parfois compliquée entre certaines agences et certains DMC, au détriment des derniers maillons de la chaine de notre filière fragilisée. Nous précisons que tous les pays du reste du monde n’ont pas l’aide gouvernementale dont nous pouvons bénéficier en France (destinations long-courriers).

M&T : Sans cette solidarité, quelles peuvent être les conséquences pour les DMC et par contrecoup pour les bureaux de représentation ?

MRC : Pour certains DMC, les conséquences peuvent être dramatiques. Les bureaux de représentations sont solidaires des DMC et nous avons d’ores et déjà mis en place des mesures de facilité financière afin de les aider à passer ce cap. Nous devons rester unis pour être forts ! Pour une majorité des pays d’Europe, les entreprises peuvent aussi recevoir heureusement un soutien de leur gouvernement. Mais ce n’est pas le cas partout.

Certains DMC plus jeunes et à la trésorerie plus fragile auront du mal à franchir cette épreuve. Celle-ci ne doit pas durer trop longtemps. De même que des DMC dont les destinations sont saisonnières et pour qui la majorité de leur chiffre d’affaire se réalise sur quelques mois de l’année uniquement.

Grâce à de nombreux projets reportés à la fin de l’année, certains DMC pourront espérer rattraper une partie de la perte subie par la situation actuelle. Les DMC conseillent encore à ce jour aux agences de motiver leurs clients à reporter leur événement voyage au lieu de l’annuler.

M&T : les engagements de report de nombreux annonceurs sont une bonne nouvelle pour les DMC. A condition que les opérations puissent se tenir dans un délai raisonnable. Comment faire pour garantir dès aujourd’hui des dates ?

MRC : Grace à la mobilisation de toute la filière mais aussi aux relations privilégiées qu’ont nos DMC avec les hôteliers et leurs partenaires dans leurs pays respectifs, on peut dire aujourd’hui que 90% des groupes confirmés sur la période avril-juin ont été reportés. Les dates de report se situent majoritairement, en fonction des destinations, sur la fin du 3ème trimestre et le 4ème trimestre 2020 ou sur 2021.

Malgré tout, certaines dates de report commencent à être saturées sur certaines destinations et nos DMC doivent trouver des solutions alternatives afin de faire des propositions de dates cohérentes par rapport au programme retenu et aux tarifs proposés initialement. En effet, la saisonnalité rend difficile le report aux mêmes conditions tarifaires sur une période considérée de très haute saison.

Dans l’état actuel, nous pouvons garantir des dates en terme de réservations, mais personne ne peut prévoir l’évolution de la situation dans les prochaines semaines, voire les prochains mois. Nous espérons tous une reprise le plus tôt possible que nous pouvons estimer en septembre dans notre secteur d’activité. Tout sera fonction de la fin des périodes de confinement dans le monde, de la levée des restrictions d’entrée dans chaque pays, de la reprise des compagnies aériennes, de la réouverture des hôtels, ce qui fait beaucoup d’inconnues à ce stade.

M&T : au-delà d’alerter la profession, envisagez-vous de lancer des actions dans les semaines à venir ? Si oui, de quel type ?

MRC : Même s’il nous semble un peu tôt pour évoquer de futures actions promotionnelles sur le terrain, chacun d’entre nous envisage d’organiser, au moment opportun, un événement de type afterwork, happening, qui réunira clients et DMC.

Nous avons également abordé l’idée d’une action collective. L’évolution de la situation nous dira si ces initiatives pourront être envisagées dans quelques semaines, mois ou au second semestre 2020 sous réserve que des budgets puissent encore être alloués à de telles opérations.

Actuellement, nous sommes unanimes sur le fait que les seules actions qui puissent être menées sont sous forme numérique (médias sociaux, emailing, conférence web, etc.).

Chaque membre du MICE Rep’s Club maintient la présence virtuelle de ses DMC sur les réseaux sociaux tandis que la semaine dernière, nous avons adressé aux agences un communiqué commun relayé par les médias. Nous sommes pragmatiques, nous attendons, et restons optimistes !

M&T : que sera l’après crise ? Les entreprises ne risquent-elles pas de réduire leurs opérations et de les limiter plus encore à l’espace européen ?

MRC : L’après crise, « le monde d’après » personne ne le connait… mais, soyons objectifs ! Les entreprises, à l’arrêt comme nous, utilisent les techniques digitales pour organiser leurs réunions. Faute de mieux, en confinement, elles se sont adaptées à ce type d’échanges mais le virtuel ne remplacera pas le réel et le contact humain dès qu’ils seront à nouveau possibles. Elles devront re-mobiliser leurs collaborateurs pour relancer l’activité et seront aussi très motivées, non seulement pour les réunir et les challenger, mais aussi et c’est vital, pour resserrer les liens et les relations avec leurs clients... Auront-elles cependant rapidement les budgets nécessaires pour cela, c’est LA question. 

L’Europe ou les destinations proches reviendront donc peut-être les premières, mais les long-courriers garderont leur place car, après ces périodes de confinement, chacun rêvera encore plus d’évasion, de grands espaces et de dépaysement. Les briefs reçus actuellement en témoignent d’ailleurs et sont porteurs d’espoir.

Cette crise inédite et mondiale fera prendre conscience de certaines valeurs qui seront très probablement développées dans la communication des entreprises, et donc lors de leurs évènements et voyages. A nous tous de nous adapter, avec nos partenaires, pour intégrer cette nouvelle donne dans nos destinations et nos projets.

* : Carré Destinations, Echapévoo, Mice Connections, Safran RP, SB Mice Consulting,The Mice Experts et Viip.

 

 

 

 

 

Informations légales I MeeT and TRaVeL MaG - 32 rue du Faubourg Poissonnière 75010 Paris I Réalisation 100% WEB