Accueil du site > Interview de Robert Mercure

Interview de Robert Mercure

aCTuaLiTéS
22 juin 2020

Président-directeur général du Palais des congrès de Montréal

M&T : comme tous les palais des congrès du monde, celui de Montréal a vu son activité se figer avec la crise du Covid-19. Comment avez-vous traversé cet épisode ? Quelles ont été les conséquences pour le palais ?

Lorsque la situation a pris de l’ampleur en Amérique du Nord, notre priorité a été d’assurer la sécurité de nos employés, de nos clients et de leurs participants. Notre stratégie pour naviguer dans cette crise a été de rester en communication constante avec nos clients et de faire preuve d’ouverture et de flexibilité à leur égard. En termes de conséquences pour le Palais, il est évident que la mise sur pause de nos activités en date du 12 mars a précipité l’annulation de 41 événements. Par contre, nos équipes ont réagi rapidement et ont été en mesure de déplacer 13 congrès à des dates ultérieures. Durant les mois chauds de la pandémie, nous avons même été en mesure de signer 16 nouveaux événements au Palais.

M&T : avez-vous déjà une idée des pertes enregistrées par le Palais ?

Au-delà de l’impact financier sur le Palais des congrès de Montréal, ce qui nous affecte le plus est la perte de retombées économiques pour Montréal et le Québec qui sont associées à la tenue d’événements d’envergure au Palais. On estime ces pertes à 100 millions de dollars.

M&T : la crise a-t-elle freiné ou gelé des projets que vous aviez planifiés dans le palais ?

Certaines initiatives qui devaient être déployées au printemps ont été retardées, mais nous avons surtout saisi cette fenêtre d’opportunité pour avancer d’autres projets novateurs comme Palais Média Propulsion, un studio de création et de diffusion de contenus multimédias accessible à nos clients que nous inaugurerons bientôt.

M&T : quelle a été l’ampleur de la pandémie au Canada, sachant que la Belle Province a été la plus touchée ? Comment les autorités ont-elles accompagné et aidé les acteurs du secteur évènementiel ?

Je ne peux me prononcer sur la situation de l’ensemble du pays, ni même de la province. Toutefois, je peux témoigner de la belle solidarité qui s’est fait sentir auprès des différents acteurs de l’industrie montréalaise des événements d’envergure.

M&T : les mesures de confinement adoptées par les autorités au début de la crise ont été partiellement levées, mais les lieux de réunion et de spectacle restent toujours fermés. A quelle échéance devraient-ils rouvrir ? Quelles mesures avez-vous anticipées pour que la reprise se passe au mieux ?

Je ne peux m’avancer sur des dates pour l’instant, mais nous suivons la situation de très près. Pour préparer la reprise des activités, le Palais des congrès de Montréal a rapidement développé son offre d’événements hybrides ainsi que son nouveau programme de mesures sanitaires qui permettra de tenir des événements se déroulant dans le respect des normes en vigueur pour assurer un environnement sécuritaire. Bref, nous sommes prêts !

M&T : à propos de cette nouvelle offre d’événements hybrides, de quoi s’agit-il ? En quoi peut-elle rassurer les organisateurs de congrès ?

L’événement hybride est une tendance que nous avions identifiée avant la pandémie, mais qui a été propulsée par la situation mondiale. Notre solution est idéale pour les événements prévoyant une baisse d’achalandage en raison des enjeux de sécurité et de distanciation sociale. Grâce à nos partenaires, nous pouvons recréer des salles virtuelles où les conférenciers sont pris en charge à distance par des techniciens et des régisseurs offrant un soutien technique instantané. La tenue d’événements hybrides permet également les échanges en temps réel entre les intervenants et participants sur place et ceux hors sites.

Pour les organisateurs d’événement, les avantages sont également d’avoir accès à une infrastructure technologique haut de gamme pour une diffusion professionnelle, d’augmenter le taux de participation avec une audience virtuelle élargie, de faire participer des conférenciers ou des exposants hors site et de créer des interactions à un niveau géographique plus étendu.

M&T : vous avez aussi travaillé avec les partenaires de l’industrie et le gouvernement à la mise en place de nouvelles normes sanitaires pour les événements de demain à travers un plan baptisé PROGRES. Que prévoit ce plan ? Sera-t-il suffisant pour que le marché retrouve rapidement des couleurs ?

En effet, nous avons récemment dévoilé les orientations de PROGRES, notre programme de reprise opérationnelle générateur de rassemblements et d’événements sécuritaires. Dans ce plan, l’ensemble des aspects d’un congrès ou d’une exposition ont été repensés pour offrir une expérience positive et sécuritaire aux participants. Notamment : • la redéfinition du processus d’accueil des participants pour assurer la fluidité des déplacements et faciliter le contrôle des foules • la mise en place d’un environnement sans contacts pour favoriser des transactions plus sécuritaires • le recours à une communication humaine pour préparer, guider et rassurer les organisateurs d’événements et leurs participants • le rehaussement des normes d’entretien ménager des espaces et des produits nettoyants utilisés • l’élaboration de nouvelles formules événementielles et de solutions technologiques pour permettre de garder une distance de deux mètres en tout temps et en tout lieu • l’adaptation de l’offre alimentaire de notre traiteur afin de proposer des formules sécuritaires, responsables et tout aussi délicieuses.

M&T : à la lumière de ce que nous venons de vivre, pensez-vous que les formats des réunions et grands rassemblements sont à repenser ?

Nous avons noté que plusieurs grandes tendances ont été accélérées par la crise de la Covid-19. Au-delà des mesures sanitaires renouvelées, nous pouvons prévoir une hausse de l’utilisation des technologies telle que notre offre hybride, une plus grande importance accordée aux expériences vécues par les participants et une attention additionnelle portée sur les enjeux de développement durable.

M&T : se réunir physiquement sera-t-il l’exception demain ? Faut-il se résoudre à ce que les rencontres se déroulent à distance ?

A court terme et pour des raisons de sécurité, on peut prévoir une certaine baisse d’achalandage dans les événements, mais je suis convaincu que le besoin de se rencontrer en personne reviendra. L’histoire a démontré à plus d’une reprise que la nécessité de se réunir physiquement peut surmonter les crises.

Pour plus d’informations : www.congresmtl.com

 

Informations légales I MeeT and TRaVeL MaG - 32 rue du Faubourg Poissonnière 75010 Paris I Réalisation 100% WEB